Digital natives, une nouvelle génération connectée

Depuis l’avènement du web dans les années 1990, une révolution numérique mondiale est en marche. L’utilisation de l’Internet a littéralement explosé et les outils numériques nous sont aujourd’hui devenus indispensables, tant dans le domaine professionnel que privé. Des centaines de milliers de personnes à travers le monde vivent dans le « 100% connecté ». Cette nouvelle ère connaît bien des avantages mais, comme nous le verrons ensemble, n’est pas sans danger.

Le futur de nos enfants sera digital

Ceux que l’on appelle désormais « Digital natives », autrement dit les enfants qui naissent et grandissent au milieu de cette technologie numérique, n’ont pas le choix. Ils se trouvent, presque dès leur naissance, immergé dans ce monde et ils devront s’y adapter car leur futur sera numérique. Mais comment s’y débrouillent-ils et cet univers est-il adapté aux besoins et attentes d’un enfant ?

Toutes ces technologies permettent de vivre dans un monde 100% connecté et fort attrayant, ce qui facilite l’accès à une multitude de connaissances en un clic, et qui constitue un progrès indéniable. De plus, l’entrée dans cet univers est facilitée par l’utilisation d’appareils mobiles (smartphones et tablettes) qui occupent notre quotidien vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Cette omniprésence du numérique n’est malheureusement pas encore suffisamment réglementée, d’où des dérapages fréquents et souvent très dangereux.

smartphones et tablettes: les nouveaux camarades de jeux

En Suisse, 98% des jeunes de 12 à 19 ans disposent de leur propre téléphone mobile. Ces derniers sont à 97% des smartphones. Les téléphones portables traditionnels disparaissent peu à peu au détriment de téléphones intelligents comme ceux proposés par Apple, Samsung, Huawei, etc. qui sont achetés par de nombreux parents pour faciliter l’organisation ou le quotidien familier. Les smartphones sont en effets très appréciés par les adolescents car se sont de vrais ordinateurs de poche. En plus des fonctions primaires d’un portable, à savoir le téléphone et le SMS, ils donnent accès au web, possèdent entre autre un lecteur MP3, une caméra, un appareil photo et une connexion Bluetooth.

Les jeunes sont de très grands consommateurs de ces produits. Dès le matin, à peine réveillés, le premier geste est celui d’allumer le smartphone (encore faut-il  qu’il ait été éteint le soir d’avant…). Puis, c’est une immédiate immersion sur les réseaux sociaux. Et cela continue, sans déconnexion, pendant toute la journée. Et enfin le soir, avant de dormir, cela se prolonge au-delà de l’heure du coucher. Il faut savoir que l’utilisation d’un smartphone ou d’une tablette, même à faible intensité, agite et dérègle ainsi l’horloge biologique. En effet, le temps passé à chercher le sommeil, une fois l’appareil éteint, augmente, ce qui entraînera un sommeil moins profond et donc moins réparateur.
Par conséquent, cela aura un impact sur la concentration du lendemain et, de ce fait, sur le travail scolaire.

Top 5 usage du smartphone par les enfants

Internet: un puits de connaissances

Internet permet d’obtenir une quantité quasiment illimitée d’informations et de connaissances qui profitent à toutes générations. Qu’il s’agisse de recherche en milieu scolaire, d’utilisation professionnelle, de loisirs (recherche de lieux de vacances, d’hôtels etc.), tout le monde y trouve son compte. Les outils de recherche d’information les plus utilisés par les jeunes sont les moteurs recherches tel que Google, les portails vidéo comme YouTube, les encyclopédies comme Wikipédia ou encore les réseaux sociaux comme Facebook.

Tous ces outils qui nous facilitent la vie au quotidien ont un principal problème: la véracité des informations données.

Internet est libre et chaque personne peut publier ce qu’il veut. Avoir un regard critique et vérifier les sources sont deux éléments indispensables dans la recherche d’information. En général, les adultes arrivent à faire preuve de vigilance. Or pour les enfants, c’est rarement le cas. L’adulte doit intervenir pour les protéger, et pour cela il existe des solutions: mettre un moteur de recherches pour enfants (Kidadoweb par exemple) en page d’accueil et installer un contrôle parental pour qu’ils trouvent des contenus appropriés à leur âge. Attention, ces deux méthodes ne permettront toutefois toujours pas de vérifier si les contenus sont exacts.

Voici quelques conseils pour la recherche d’informations sous contrôle:

  • Utiliser un moteur de recherche pour enfants en page d’accueil.
  • Utiliser un contrôle parental. Ici quelques astuces pour la protection.
  • Utiliser une autre source de recherche afin de vérifier les informations trouvées.
  • Regarder les aperçus de résultats des recherches avant d’entrer sur le site. Ceci permet d’éviter certains sites pour adultes.
  • Contrôler régulièrement l’historique du ou des navigateurs de nos « Digital natives ».
  • Encourager les jeunes à communiquer sur leur ressenti lorsqu’ils tombent sur des contenus inadéquats ou choquants et à dénoncer les contenus illégaux au Service de Coordination de la lutte contre la Criminalité sur Internet, le SCOCI.

Fautes virtuelles, conséquences réelles

Les jeunes consacrent beaucoup de temps aux réseaux sociaux. Férus de Facebook, Instagram, Snapchat, etc., 80% d’entre eux s’y rendent tous les jours ou plusieurs fois par semaine selon l’étude JAMES 2016. En effet, 94% des adolescents possèdent un profil (81% d’entre eux sont sur Instagram). C’est ce que l’on appelle la génération web 2.0 qui, à l’opposé de l’Internet traditionnel, propose à l’utilisateur de devenir acteur (et plus uniquement consommateur), puisqu’il crée du contenu (photos, textes, vidéos) et est donc un protagoniste à part entière de ce nouveau monde.

Sur les réseaux sociaux, les adolescents sont les premières victimes d’harcèlement moral, d’injures ou de photos obscènes. En effet, ils sont les plus nombreux et les plus actifs sur ces sites. La sécurité et la prévention envers ces technologies ont été très souvent négligées par les adultes car notre mode de vie 2.0 s’est tellement vite engouffré dans notre quotidien qu’on s’est laissé charmer par son aspect attractif et ludique.

Harcèlement à l'école

Facebook est le réseau social sur lequel il y a le plus de voleur d’identités et de détournements de photos. Il est très simple de se faire passer pour une personne, il suffit de se créer un compte au nom de cette personne fictive. Ce réseau reste très ludique mais est malheureusement celui ayant le plus grand danger de pédophilie. En effet, les adolescent(e)s vulnérables sont des proies faciles pour les délinquants sexuels. En 2013 en Suisse, une fille sur trois et un garçon sur dix ont été victimes au moins une fois d’un abus sexuel.

Les faits divers dus à l’utilisation des réseaux sociaux sont en constante augmentation. Les adolescents ne se rendent pas compte qu’en partageant leur vie privée, leur intimité est mise à nu publiquement. Les conséquences réelles sont de plus en plus graves et poussent certains jeunes au suicide. C’est pourquoi la prévention dans le domaine familial et scolaire devient primordiale et de plus en plus présente. Les institutions de l’éducation font appel à diverses organisations ou troupes de théâtre pour tenter de prévenir des risques.

Voici en résumé, les principaux risques liés aux réseaux sociaux:

  1. Risque de dépendance (cyberdépendance).
  2. La prise de conscience quant à l’accessibilité des commentaires, des photos et les risques de l’utilisation frauduleuse est insuffisante. Il faut savoir que les images qui sont sur le web sont ineffaçables.
  3. Risque de distraction. Par exemple, pour un jeune qui fait ses devoirs et qui est en même temps connecté sur les réseaux sociaux.
  4. Risque d’être insulté, ridiculisé ou harcelé par un autre utilisateur (cyberharcèlement).
  5. Contacts indésirables ou agressions sexuelles. Les réseaux sociaux sont souvent utilisés par les délinquants sexuels pour entrer en contact avec une potentielle victime.
  6. Risque lié à la propagande. Daech en est l’exemple le plus récent.

Comment (ré)agir ?

Voici 10 principales règles de sécurité et de prévention sur Internet et les réseaux sociaux à appliquer pour les enfants:

  1. Connaître tous les réseaux sociaux et leur utilisation.
  2. Imposez une limite d’âge: être conscient que sur la plupart des réseaux sociaux, les utilisateurs doivent être âgés de 13 ans ou plus pour pouvoir créer un compte.
  3. Centralisez l’ordinateur de la maison: ne jamais laisser un enfant seul dans sa chambre avec un ordinateur. Expliquez-lui qu’il peut utiliser l’ordinateur mais dans une pièce commune comme la cuisine, le salon…
  4. Définissez un temps de connexion: les enfants peuvent passer des heures devant un ordinateur et c’est à vous d’imposer une limite de temps, idem en ce qui concerne les jeux vidéo.
  5. Sensibilisez vos enfants aux dangers des réseaux sociaux: prenez le temps de bien expliquer les risques encourus sur les réseaux sociaux et leur apprendre ce qu’ils peuvent faire et ne pas faire sur ces réseaux comme de divulguer trop d’informations privées sur Internet.
  6. Vérifiez les paramètres de confidentialité de votre enfant: assurez-vous régulièrement que le contrôle parental est bien actif. Vous pouvez également regarder dans les historiques des sites visités afin de vérifier que les sites regardés par vos enfants sont adéquats.
  7. Parlez avec vos enfants de leur expérience sur Internet: encouragez vos enfants à vous raconter si quelque chose qu’ils rencontrent sur un de ces réseaux sociaux les rend nerveux ou mal à l’aise. Parlez à vos enfants des prédateurs sexuels et des dangers potentiels en ligne.
  8. Suppression de compte de réseaux sociaux: si vos enfants refusent de respecter les règles que vous avez mises en place pour les protéger et que vous n’avez pas réussi à modifier leur comportement, vous pouvez contacter le site web que votre enfant utilise et leur demander de supprimer sa page.
  9. Preuves et autorités: si malheureusement vous découvrez que votre enfant est victime de cyber harcèlement, a eu un contact avec un cyber prédateur ou reçoit de la cyber intimidation, alors enregistrez les preuves et gardez les messages SMS, messages électroniques ou d’autres preuves au cas où les autorités en auraient besoin.
  10. Contrôle Parental: utilisez les logiciels de contrôle parental sur les ordinateurs de la maison, c’est la base de la sécurité des enfants sur Internet.

Source: www.e-enfance.org

La prévention en milieu scolaire

Pour prévenir une mauvaise utilisation des technologies, les institutions peuvent agir à différents niveaux. Afin que l’éducation aux médias digitaux ait un effet durable, il est primordial que les divers acteurs travaillent main dans la main.

Directeurs d’écoles

Les responsables d’établissements peuvent donner l’autorisation aux enseignants d’associer les médias numériques à l’enseignement. Beaucoup d’écoles suisses disposent d’un programme de prévention (Action innocence par exemple) en relation avec les nouvelles technologies de l’information.

Enseignants

L’enseignant est un point de référence important pour l’élève. Ils sont en contact quotidiennement et doivent se faire confiance mutuellement. Il est primordial pour l’enseignant d’instaurer un climat de confiance avec l’enfant afin que ce dernier puisse expliquer toute situation suspecte.

Le rôle de l’enseignant dans la prévention est de réfléchir avec les enfants sur l’utilisation des médias en abordant des thèmes comme la durée d’utilisation, la protection des données, les limites d’âge, les contacts ou encore les droits d’auteur. L’objectif est de les encourager à adopter une attitude critique face aux contenus numériques.

Parents

Il est recommandé d’aborder avec les parents le thème de l’utilisation des outils et médias numériques en dehors de l’école. Il est aussi possible pour l’école de mettre en place des entretiens ou des séances d’informations thématiques.

Elèves

Les jeunes apprennent à utiliser les médias digitaux par imitation, en observant et en reproduisant le comportement de leur entourage (amis, grands frères, grandes sœurs, parents, etc.). Il est donc essentiel qu’ils soient bien informés afin que la communication puisse se faire sans crainte.

En conclusion

Le monde du web n’est de loin pas le jardin paisible que l’on peut imaginer, mais bien une jungle avec tous les dangers qu’elle comporte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s