đŸ€– Le bot, un nouvel assistant d’achat en ligne – sneaker bot đŸ‘Ÿ

À l’heure oĂč le digital prend de plus en plus d’importance dans les stratĂ©gies d’entreprises, le bot prend les commandes. Assistant virtuel, rĂ©colteur de donnĂ©es marketing, planificateur d’achats, etc., la liste des possibilitĂ©s que peut offrir le bot est longue. Mais est-il rĂ©ellement toujours bĂ©nĂ©fique pour notre business ? Tour d’horizon sur les multiples facettes du bot, son utilisation dans l’e-commerce et aperçu de l’univers du sneaker bot chasseur de baskets. 

C’est bien joli,
mais on parle de quoi au juste ?Â đŸ€”

QU’EST-CE QU’UN BOT ET À QUOI ÇA SERT ?

Le web-bot ou tout simplement bot tient son nom de la contraction du mot anglais “Robot”. Ce n’est ni plus ni moins qu’un logiciel, un petit programme, un script.

Un bot permet de structurer et d’optimiser des processus en imitant les comportements humains. Sa fonction peut ĂȘtre trĂšs variĂ©e, tout comme son environnement.

Visualisez cette vidĂ©o pour en savoir d’avantage :


Source : Effeuillage

Il est important que vous distinguiez les deux principaux types de bots :

  • les bots ayant un objectif prĂ©cis, qui accomplissent leur mission Ă  l’aide d’un scĂ©nario prĂ©dĂ©fini
  • et les assistants virtuels, basĂ©s sur l’intelligence artificielle (AI) et capable de traiter bon nombre d’informations (Siri, Google Now, Cortana, 
).

Dans les deux cas, les bots suivent un arbre de décision imaginé par des concepteurs de service. Ils servent à exécuter rapidement une tùche simple et répétitive qui, si elle était exécutée par un humain, lui demanderait beaucoup plus de temps.

L’intĂ©rĂȘt d’utiliser un bot est non seulement que celui-ci ne fatiguera pas, mais en plus, qu’il sera beaucoup, mais alors beaucoup plus rapide que vous et moi…

Ah oui? Comment ça?
Explications por favor 😬

Du fait qu’il soit capable d’automatiser toutes nos actions (clics, frappes de clavier, survol de souris, etc.) et qu’il puisse exploiter les donnĂ©es du code sources des pages, difficilement accessible Ă  tout un chacun. Cela lui permettra de se rendre Ă  un endroit prĂ©cis sur le web en un quart de seconde, alors que nous, nous aurions besoin d’utiliser notre souris ! Son processus de recherche est ainsi fortement accĂ©lĂ©rĂ© et le bot pourra consulter et analyser des dizaines de pages simultanĂ©ment Ă  la recherche d’information.

Le chatbot, l’alliĂ© des marketeurs et des stratĂ©gistes digital

À l’heure oĂč la personnalisation et l’expĂ©rience utilisateur sont la clĂ© du succĂšs des stratĂ©gies digitales, il m’est impossible de ne pas approfondir le sujet du chatbot. Vous en avez tous certainement dĂ©jĂ  entendu parler, c’est la tendance du moment et le potentiel web de demain.

Comme une vidĂ©o vaut mieux qu’une longue prĂ©sentation, je vous laisse dĂ©couvrir tout ce qu’il faut savoir de ces nouveaux assistants sur les services de messagerie instantanĂ©e et sur les rĂ©seaux sociaux :


Source : Méta-Media

En effet, selon les statistiques publiĂ©es par « hubSpot.com »Â le pourcentage de personnes Ă©tant prĂȘtes Ă  converser avec un robot en 2017 est de 86% en moyenne. Dans son Ă©tude auprĂšs de 1’400 consommateurs, HubSpot a Ă©galement pu constater que les consommateurs sont Ă  l’aise avec le fait d’acheter Ă  partir d’un bot qui fournit un service personnalisĂ©. Une aubaine pour l’e-commerce.


Overview des bots sur le web

Contrairement Ă  ce que l’on pourrait croire, les ĂȘtres humains n’ont pas le monopole sur internet. En 2016, les bots reprĂ©sentaient plus de la moitiĂ© du trafic mondial sur le web ! Environ 52 % selon l’étude menĂ©e par Imperva, un organisme qui s’intĂ©resse de plus prĂšs au trafic gĂ©nĂ©rĂ© par les bots.

Infographie

Good bots et bad bots

Les statistiques de l’infographie ci-dessus nous dĂ©montrent que les bots ne sont pas toujours programmĂ©s pour le bien d’autrui. La part des bots malveillants (28,9%) dĂ©passe celle des bots utiles (22,9%). Cela reprĂ©sente de potentiels problĂšmes pour toutes les entreprises ayant une prĂ©sence en ligne significative. Reste encore à savoir les distinguer.

Comment reconnaĂźt-on un « bon » bot d’un « mauvais » bot ?

Illustration Good Bots vs Bad Bots

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, c’est son usage qui va faire toute la diffĂ©rence. Les « good bots » ou bons bots en français, sont ceux qui alimentent Internet et peuvent exĂ©cuter des fonctions trĂšs utiles, telles que :

  • le fonctionnement des moteurs de recherche qui parcourent les diffĂ©rentes pages du web et les classent par ordre d’intĂ©rĂȘt (les Google bots)
  • la rĂ©colte de donnĂ©es utilisateurs de maniĂšre lĂ©gale Ă  des fins commerciales ou encore ceux qui permettent d’optimiser des moteurs de recherche
  • l’alimentation des API
  • la surveillance des vulnĂ©rabilitĂ©s et la surveillance des sites Web
  • le suivi des audiences ou de marketing digital.

On pourrait Ă©galement ajouter les chatbots Ă  cette liste.

À l’inverse, les « bad bots » (mauvais bots) peuvent ĂȘtre utilisĂ©s pour causer de graves problĂšmes. Ils sont responsables de la plupart des activitĂ©s malveillantes que nous rencontrons sur la toile. L’exemple le plus connu Ă©tant les attaques par dĂ©ni de service distribuĂ© (DDoS) afin de submerger les infrastructures rĂ©seau. Mais ils sont aussi utilisĂ©s Ă  d’autres fins, comme pour :

  • spammer les utilisateurs
  • remplir des formulaires Ă  la volĂ©e
  • gĂ©nĂ©rer un nombre important de clics dans le cadre d’une campagne PPC
  • ou, pour 2,6 % d’entre eux, pirater leurs donnĂ©es et les voler.

D’ailleurs, les robots ont encore souvent mauvaise rĂ©putation Ă  cause du fait qu’ils ont longtemps Ă©tĂ© connus pour leurs utilisations douteuses. Bien que l’arrivĂ©e des bots basĂ©s sur l’AI ait redorĂ© leur image, l’utilisation de bots non Ă©thiques ne diminue pas.

Ok, compris ! 👌

Faire ses courses en ligne grùce aux bots, ça vous botte ?

On distingue deux axes d’utilisations des bots dans l’e-commerce. Le premier est principalement utilisĂ© pour soigner la relation client et le second profite essentiellement aux clients – ou aux potentiels revendeurs.

  • Le chatbot qui favorise l’engagement est mis en place par les entreprises. L’acheteur potentiel l’utilise pour rentrer en dialogue direct avec le « vendeur virtuel » qui rĂ©pondra Ă  ses questions et le conseillera. Le chatbot est aussi configurĂ© pour prendre directement les commandes : un processus simplifiĂ© et plus agrĂ©able pour l’utilisateur. D’ailleurs, il peut ĂȘtre utilisĂ© de diffĂ©rentes maniĂšres et dans quasiment tous les secteurs afin de booster les ventes. Voici 2 exemples sĂ©lectionnĂ©s dans un article d’Alioze :1. Un bot pour commander de la nourriture
    La chaine de fastfood Burger King a mis en place un chatbot pour passer commande depuis messenger, regardez la démo :
    2. Ou comme conseiller de vente pour trouver le cadeau adéquat
    Sephora Ă  lancĂ© son « Beauty Bot » qui permet d’orienter l’utilisateur en fonction de ses besoins, voyez plutĂŽt :
    Illustration du Beauty Bot de Sephora
  • Le bot inspirĂ© par ceux utilisĂ©s par les « traders » qui facilitent l’achat automatisĂ© et aussi de masse. Le client intĂ©ressĂ© va installer et configurer un bot dans l’optique d’acheter des produits sur la toile. Une utilisation courante pour accĂ©der Ă  des produits rares, comme par exemple des places de concert ou des éditions limitĂ©es dans le prĂȘt Ă  porter. Une arme Ă  double tranchant Ă©tant donnĂ© que certains clients profitent de l’agilitĂ© des bots pour acheter des produits en grande quantitĂ© dans le but de les revendre au prix fort. Une pratique assez rĂ©pandue actuellement notamment pour l’acquisition des prĂ©cieuses sneakers grĂące au fameux « sneaker bot ».

Sneaker bot, opportunité ou cauchemar ?

Le sneaker bot

illustration sneaker bot

Aujourd’hui, de nombreuses marques lancent des Ă©ditions limitĂ©es de baskets extrĂȘmement prisĂ©es par le jeune public, prĂȘt Ă  tout pour obtenir sa prĂ©cieuse paire.

Toutefois la probabilitĂ© de pouvoir acquĂ©rir sa paire dans un magasin est illusoire, il aura d’avantage de chance de rĂ©ussir en passant par la boutique en ligne. Mais, mĂȘme en ligne, il devra faire preuve d’une grande dextĂ©ritĂ© pour remplir et terminer l’acte d’achat plus vite que ses nombreux concurrents. La « solution » est d’utiliser un Sneaker bot, si l’on en croit les vendeurs de ces logiciels qui garantissent jusqu’Ă  98 % de rĂ©ussite :

À noter que le bot prĂ©sentĂ© par AIY Solutions dans la vidĂ©o ci-dessus coĂ»te 325 dollars pour la version « Full package » mais peut Ă©galement coĂ»ter bien plus cher si l’on souhaite l’option « Unlimited package ». Ce qui le place parmi les bots publics les plus chers du marchĂ©. Leurs concurrents directs sont moins onĂ©reux : NikeSlayer coĂ»te 150 dollars, Nike Bot, 200 dollars.

Ehhhh ben,
il existe mĂȘme un marchĂ© pour ça ?! 😅

Oui et c’est la raison pour laquelle un SneakerHead cherchera Ă  dĂ©velopper son propre logiciel lui-mĂȘme ou Ă  confier cette tĂąche Ă  un professionnel, si l’on en juge les offres d’emploi prĂ©sentes sur la toile.

Enfin, sachez que dans la pratique, le fonctionnement du sneaker bot est simple et Ă  la portĂ©e de tous. Il suffit de configurer son robot avec toutes les donnĂ©es nĂ©cessaires Ă  l’achat avant la mise en vente du produit. DĂšs sa sortie, le bot procĂ©dera automatiquement Ă  la mise au panier du produit dĂ©sirĂ© ainsi qu’Ă  la finalisation de l’acte d’achat en quelques secondes. Difficile donc pour un humain de faire mieux.

Sneaker bot et stratégies des grandes marques

Si le sneaker bot reprĂ©sente une aide pour le client honnĂȘte, il reprĂ©sente aussi son pire cauchemar. En effet, le sneaker bot permet d’acheter en gros et d’Ă©puiser les stocks.

Bien que les grandes marques luttent contre cette technique, il semblerait qu’Ă  l’heure actuelle, il est de plus en plus difficile d’acquĂ©rir une Ă©dition limitĂ©e sur la toile, sans faire appel Ă  un sneaker bot. De ce fait, les entreprises, sont amenĂ©es Ă  revoir ou adapter constamment leur stratĂ©gie de vente en ligne afin de ne pas crĂ©er de frustration chez les « perdants ».

😕 Mais par quels moyens les marques peuvent-elles contrer les Sneaker Bots ?

Ils existent diffĂ©rents moyens et les sites commerciaux Ă©voluent sans cesse pour lutter contre les bots. Au dĂ©but, ils utilisaient les captchas, peu fiables et qui ont rapidement Ă©tĂ© contrĂ©s. Aujourd’hui, on adopte des moyens plus Ă©voluĂ©s. Par exemple, Nike joue la carte de la rĂ©alitĂ© augmentĂ©e.

Un autre moyen de contrer les sneaker bots est de mettre en place une double identification (mot de passe + envoi de SMS). On pourrait aussi imaginer développer un algorithme qui calculerait le nombre de seconde entre la mise dans le panier, la connexion au compte (si requise) et la finalisation de la commande. Ainsi il serait possible de mettre en place une condition de temps, potentiellement plus fiable, pour reconnaßtre un robot et le stopper.

Malheureusement, cette technologie Ă©volue tellement vite que le bot fini toujours par s’adapter aux nouvelles stratĂ©gies et ceux qui voudrons profiter du systĂšme auront toujours une longueur d’avance…


Connaßtre les bots, la clé de votre stratégie digitale

Pour conclure, le bot est prĂ©sent partout sur le web et a une multitude de facettes. Il peut ĂȘtre un redoutable alliĂ© de vente ou d’achat mais Ă©galement un redoutable concurrent, voir ĂȘtre nĂ©faste pour votre business, c’est selon.

Mais pas que. En effet, lorsque l’on construit un site ou un e-commerce, on doit Ă©galement prendre en compte les robots. Le tout est de savoir mettre en oeuvre les bonnes pratiques SEO afin que le site puisse ĂȘtre lu et rĂ©fĂ©rencĂ© par les Google bots (good bots), tout en prĂ©voyant des moyens pour bloquer les bads bots potentiels. D’ailleurs, il existe aujourd’hui des outils pour monitorer les bots de votre site internet et le « bot management » se dĂ©veloppe.

La technologie des bots Ă©volue sans cesse et c’est une perpĂ©tuelle course contre la montre. BientĂŽt les chatbots remplaceront les sites et les applications et il vous demandera beaucoup d’efforts si vous souhaitez ĂȘtre plus performant que vos concurrents.

Enfin, vous l’aurez compris, l’univers des bots est assez complexe. C’est pourquoi, avoir conscience des bots qui vous entourent, savoir les utiliser mais aussi les dĂ©jouer, c’est un premier pas vers une bonne stratĂ©gie digitale.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

w

Connexion Ă  %s