La musique et le digital : la révolution du sampling

Les technologies digitales ont bouleversé la production musicale. Grâce au sampling, une horde de producteurs dépoussièrent le passé pour mieux séduire les oreilles modernes. Mais la technique fait débat : plagiat, manque de créativité. D’Eminem à Duck Sauce : immersion au cœur des nouveaux rythmes.

Assis devant mon ordinateur avec un fichier Word que je ne parviens à remplir, remake moderne du poète angoissé faisant face à une page désespérément blanche, je réfléchis. Quel sujet puis-je bien développer ? La radio rythme mes distractions, comme toujours trop nombreuses. Weeknd y chante Often et mon oreille s’aperçoit d’un détail qui lui avait jusqu’alors échappé : en fond sonore, une voix nasillarde fredonne des paroles qui me sont incompréhensibles. Une recherche rapide sur Google m’apprend qu’il s’agit d’un sample tiré d’un titre turc. Etonnant ! Je tiens mon sujet : l’apport du digital dans le monde de la musique par la technique du sample.

Entrez avec moi dans la ronde de l’échantillonnage (oui, le terme français est de suite moins sexy). Il s’agit simplement de prendre un bout, généralement assez court, d’un enregistrement, et de le sortir de son contexte original pour créer, à partir de celui-ci, un nouvel univers sonore. En réalité, le sampling (soyons glamour) n’a pas attendu la technologie digitale pour exister, accompagnant toute l’histoire de la musique électronique, mais s’est totalement démocratisé avec lui. La musique assistée par ordinateur permet facilement de prendre un morceau de musique pour en composer une nouvelle.

Je sens qu’à ce stade, vous frémissez d’envie d’exemples concrets. Les illustrations qui suivent sont tirées du site précieux Whosampled. Premièrement, il y a le sample déroutant, celui auquel personne ne pense, qui rapproche généralement deux mondes musicaux opposés. Ecoutez le début de Parce que tu crois du grand Charles Aznavour :

Prenez-le, accélérez-le, ajoutez-y des basses et vous obtenez un titre phare du rap US…

Dans un registre plus clubbing, les chansons des années folles sont prisées. Ainsi,  les premières notes du tube Ma quale idea de l’éphèbe latin Pino d’Angiò…

… forment la base instrumentale d’un hit planétaire de house music des années 2000.

Pour rester dans une nostalgie canaille de ce début de 2ème millénaire (et oui ! le temps passe aussi vite qu’une bonne chanson), rappelez-vous de My feelings de Junior Jack (à partir de la 20ème seconde) :

Ici, l’artiste ne se donne même plus la peine de construire une partie vocale originale, puisqu’il l’extirpe directement d’un ancien vinyle disco, Saturday Love de Cherelle et Alexander O’Neal (1 minute et 58 secondes).

Enfin, le groupe Duck Sauce se hisse au sommet du sampling en créant un titre qui va faire danser le monde entier le temps d’un été, en ajoutant uniquement des basses (et un « Barbara Streisand » répété ad libitum) à un échantillon historique de la période disco !

Ecoutez les 10 premières secondes de Gotta go home par Boney M. A ce niveau, on peut être étonné de ne même pas lire la précision « remix » dans le titre de Duck Sauce.

En définitive, les technologies digitales ont révolutionné les façons de produire la musique. Certains mélomanes d’arrière-garde ne manqueront pas de blâmer la musique assistée par ordinateur pour son manque d’originalité créative. Pourtant, la pratique du sampling peut parfaitement représenter un art à part entière. Tout dépend, ici comme ailleurs, de la créativité et de la technique des producteurs. Par ailleurs, ces derniers puisent bien souvent dans un répertoire musical précieux, du funk à la soul en passant par le jazz, qui prend aujourd’hui une regrettable poussière. Echantillonner ces morceaux, c’est leur redonner un second souffle, pour le plus grand plaisir des amoureux de bonne musique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s